Accéder au contenu principal

Shichi-go-san


Shichi-go-san signifie littéralement sept-cinq-trois. Mais pourquoi ?

C'est une cérémonie durant laquelle les enfants vont au sanctuaire pour remercier les Dieux de leur bon développement et prier pour que leur avenir se déroule sans incident. Quand arrive le mois de novembre, les familles, endimanchées, affluent aux sanctuaires, les week-ends et jours fériés (3, fête de la culture et 23, fête des travailleurs), les enfants portant des sacs de bonbons appelés « chitose ame », littéralement bonbons de mille ans. Les enfants revêtent généralement un kimono pour l'occasion. Par politesse, demandez toujours la permission de prendre une photo aux parents : « sumimasen, shashin wo totte mo ii desu ka ». Si on vous dit « hai », « dōzo » ou « arigatō gozaimasu », vous avez le feu vert, sinon abstenez-vous.

Depuis l'époque Muromachi, dans les clans de samurai, on pratiquait divers rites pour célébrer le développement des enfants. A 3 ans, on faisait la cérémonie de kamioki, littéralement « tous les cheveux ». A partir de ce moment là, on laissait pousser, pour la première fois, les cheveux des enfants à qui on rasait le crâne jusqu'à l'âge de 3 ans. A 5 ans, les garçons recevaient pour la première fois un hakama, jupe plissée ou pantalon large de cérémonie porté également dans certains arts martiaux comme le kendo ou l'aikido. Cette cérémonie était appelée hakamagi, littéralement « port du hakama ». Enfin, à 7 ans, les filles recevaient leur premier obi, ceinture de kimono dont la fermeture est assez complexe. Jusque là, leur vêtement se fermait avec deux ficelles à nouer ensemble, comme un cache-cœur. Cette cérémonie était appelée obitoki, littéralement « dénouer le obi ». Ces célébrations se sont répandues sous le nom de « shichi-go-san ».
Aujourd'hui encore, les garçons de 3 et 5 ans et les filles de 3 et 7 ans fêtent shichi-go-san, mais les rites ont disparus... Pourquoi 3, 5 et 7 ans ? Parce que, selon une croyance originaire de Chine, les chiffres impairs sont de bon augure. En célébrant ces grands moments de leur croissance, on pensait écarter l'infortune. A l'époque d'Edo, le futur cinquième shōgun Tsunayoshi Tokugawa, célébra le fait qu'il avait atteint sans problème l'âge de 5 ans, le 15 novembre. C'est pourquoi, on a maintenant coutume de le faire à cette date.

Costumes, sous-vêtements et accessoires


Hakoseko (pochette)
A l'origine, on y mettait par exemple un peigne ou des papiers que l'on coinçait dans le kimono, au niveau de la poitrine. Maintenant, on l'utilise pour Shichi-go-san ou les noces, en guise de pochette.

Sensu (éventail pliable)
Un long pompon ornemente ce splendide éventail de cérémonie.

Kanzashi (épingle à cheveux)
Fabriquée en crêpe japonais, cette épingle richement décorée orne la coiffure japonaise traditionnelle. Les maiko et geiko en arborent également.

Kaiken (poignard)
Il s'agit d'un poignard d'auto-défense que les hommes coinçaient dans la ceinture de leur hakama. Ce n'est évidemment pas un vrai poignard que l'on remet aux petits garçons.

Hifu (veste)
Il s'agit d'une petite veste que les enfants de 3 ans portent sur le kimono à fermeture cache-cœur.

Furisode (kimono à manches longues)
Le furisode est la partie visible du kimono. Il est réservé aux femmes non encore mariées.

Obi (ceinture)
La ceinture se compose en fait du obi à proprement parler, qui est une bande de tissu très épais, du obiage, une bande de tissu que l'on place sous le obi, et du obijime, une ficelle qui maintient le obi en place.

Hadajuban (tricot de peau)
C'est le sous-vêtement du kimono porté à même la peau, pour le haut du corps.

Susoyoke (jupon)
C'est le sous-vêtement du kimono porté à même la peau, pour le bas du corps.

Nagajuban (sous-kimono long)
C'est un sous-vêtement porté par dessus le hadajuban et sous le kimono.

Koshihimo et datejime (ceintures)
Ce sont des ceintures que l'on place pour maintenir le sous-vêtement et le kimono le temps de mettre en place le obi. Elles sont ensuite retirées.

Tabi (chaussettes)
Les tabi sont des chaussettes un peu particulières puisque le gros orteil est séparé des autres orteils. Elles sont épaisses, blanches et se ferment à l'arrière de la cheville par des petits crochets (kohaze et ukeito).

Pokkuri ou koppori (sandales)
Ce sont des socques à semelle de bois épaisse, comme en portent les maiko. La semelle est percée à l'avant (maetsubo) et à l'arrière (atotsubo) pour fixer la bride appelée hanao.

Zōri (sandales)
Ce sont des sandales en paille de riz pour femmes.

Haori (veste)
C'est une veste ample et courte que les hommes portent par dessus le kimono. Elle porte généralement le blason du clan, sur la poitrine et dans le dos.

Haorihimo (fermoir)
C'est le fermoir du haori. C'est comme un gros bouton en forme de pompon.

Hakama (jupe plissée)
C'est une jupe plissée de cérémonie portée également dans certains arts martiaux comme le kendo ou l'aikido.

Suteteko (short)
C'est un sous-vêtement que l'on porte par-dessus le slip et sous le hakama.

Hanjuban (demi sous-kimono)
Comme le nagajuban, il se met par-dessus le hadajuban et sous le kimono. Chez les hommes, il ne couvre que le haut du corps.

Setta (sandales)
Ce sont des sandales en paille de riz pour hommes.


Aliments

Sekihan (riz rouge)
Il s'agit de riz glutineux cuit avec des haricots rouges et servis à l'occasion d'événements heureux. Le rouge est en effet considéré comme la couleur qui éloigne les esprits malins. Le riz rouge, présenté dans une boite en bois légère sont offerts aux proches.

Tai no shioyaki (daurade grillée au sel)
Dans les célébrations, ce plat est synonyme de chance, c'est pourquoi il est particulièrement utilisé pour shichi-go-san. Dans certaines régions, on prépare également des crevettes dont la courbure rappelle l'âge vénérable où le dos commence à se courber.

Chitose ame (bonbons de mille ans)
Ce sont des bonbons rouges et blancs en forme de bâtonnets. "Chitose" a pour signification mille années. Quand on fabrique les bonbons, on tire dessus pour les allonger, comme pour souhaiter une longue vie à la personne qui va les recevoir.

Cérémonie

On va prier au sanctuaire shintō et on pratique un rite de purification pour se protéger des démons (oharai). Voici le déroulement de ce rite :
  1. Devant le torī (portique en bois rouge qui marque l'entrée du sanctuaire shintō), on salue une fois.
  2. Au lave-mains (chōzuya), on se purifie le corps et l'esprit.
  3. On prend le puisoir (hishaku) dans la main droite, on y met un peu d'eau et on en fait couler sur la main gauche pour la purifier.
  4. On passe le puisoir dans la main gauche et on fait couler un peu d'eau sur la main droite pour la purifier également.
  5. On repasse le puisoir dans la main droite, on met un peu d'eau dans la paume de la main gauche que l'on utilise pour se rincer la bouche.
  6. On rince à nouveau la main gauche, on redresse le puisoir pour en laver le manche avec le restant d'eau, puis on le remet à sa place, en le retournant.
  7. On s'avance jusqu'au lieu de prière (haiden), où se trouve un coffre où on jette l'argent que l'on donne en offrande (osaisen). Attention, la partie centrale de l'allée est réservée au Dieu, il faut donc passer sur les côtés.
  8. S'il y a un grelot, on la fait tinter.
  9. On s'incline profondément deux fois, on frappe deux fois dans ses mains puis on prie pour exprimer notre gratitude au Dieu (pensez à lui donner votre adresse mentalement si vous voulez qu'il vienne vous voir pour exaucer votre souhait).
  10. Pour finir, on s'incline profondément une dernière fois.
Vous verrez beaucoup de familles faire immortaliser ce moment par un photographe professionnel.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

『Visitez le Japon au fil de son histoire』出版のおしらせ

  フランス語で初の拙著『Visitez le Japon au fil de son histoire』が発売されることになりました。 日本史全体(旧石器時代〜令和まで)と各時代に関係のある日本各地の観光スポット紹介がテーマです。 全カラー印刷356ページ、出版社はフランス「Omaké Books」社です。 フランス語の勉強や、通訳・ガイドを目指している方にぜひ読んで頂けたら嬉しいです。 日本からも下記の出版社サイトからお取り寄せできます。 本の内容もサイトから少しご覧頂けます。 Visitez le Japon au fil de son histoire (Omaké Books) 以下では、日本からお取り寄せ頂く方のために、サイト上での注文画面について簡単にご説明しています。 (英語が大丈夫な方へ) 英語が読める方は、サイト画面を下までスクロールして頂くと、左下に言語バーがあります。選べるのはフランス語と英語のみですが、ここで「English」にしていただければOKです。 (フランス語画面で進めたい方へ) まず最初に、右に出てくる「Ajouter Au Panier」(買い物かごに入れる)をクリックします。2冊以上お求めくださる方は「Quantité」をクリックして数字をお選びください。 上記のような画面が出ましたら、「Commander」(注文する)をクリックします。 上記のような画面になりましたら、ここでも「Commander」をクリックしてください。 最初に入力なさる時点では、 「Livraison」(送料)の欄にフランス国内の送料が表示されるかもしれませんが、あとで修正されるのでこのままお進みください。 「1Information Personnelles」という項目では、 Titreに性別(M: 男性、Mme: 女性) Prénom に名前 Nom に名字 E-mail にメールアドレス を入力してください。 チェックをするボックスが二つありますが、上のボックスは会員登録用なので、チェックなしで大丈夫です。 下のボックスにだけチェックを入れて、「Continuer」(続ける)をクリックしてください。 「2 Adresses」は住所入力です。 Prénom と Nom は「1」と同じで名前・名字です。 次の「Société」「Numéro de TV

Amabie

Les Amabie sont des yokai , mi-humains, mi-sirènes, qui vivent en mer, annoncent les bonnes récoltes et protègent les malades lors des épidémies. Il suffirait de montrer une image d'Amabie à un malade pour le guérir. En pleine pandémie de covid-19, cette légende a refait surface. A l'approche de la fête des enfants ( kodomo no hi ), ces images de Amabie se sont transformées en " koinobori " (cerf-volants, représentant des carpes, que l'on accroche devant les maisons, en souhaitant une bonne croissance des garçons). L'efficacité du traitement n'est pas scientifiquement prouvée, mais le coloriage pourra toujours vous occuper, pendant le confinement...

Visite virtuelle à Takashima (A.B.L.E. TAKASHIMA)

  La visite virtuelle de Takashima est maintenant disponible ! A.B.L.E. TAKASHIMA  est  un groupe de guides certifiés par la ville de Takashima, dans la préfecture de Shiga. Takashima étant une ville rurale du Japon, elle reste relativement peu connue des touristes francophones. Vous pourrez y découvrir des paysages authentiques et en dehors des sentiers battus. Regardez le site web A.B.L.E. TAKASHIMA et participez à l'excursion virtuelle pour découvrir une ville de campagne sur les bords du plus grand lac du Japon.